Découvrez toutes nos opportunités d'emploi!
Nous le savons tous, la pandémie a bouleversé le monde du travail. Les taux d’absentéismes ont augmenté et le travail à distance s’est imposé. Si bien qu’il fait aujourd’hui partie des modes de travail fréquents, s’étant métamorphosé en mode hybride dans bien des domaines.

Dans ce tour d’horizon, revoyons quelques statistiques sur les taux d’absence pré et post pandémiques, distinguons l’absence de l’absentéisme, et démystifions le présentéisme.

 

  1. Selon Statistique Canada
  • Les employés permanents ont perdu 12,4 jours de travail en 2022, comparativement à 10,6 en 2018. Au Québec, ces chiffres sont de 12,7 jours en 2022, et 12,1 jours trois ans plus tôt.
  • Pour les employés temporaires, il s’agit de 10 jours de travail perdu en 2022, comparativement à 8,2 en 2018.

 

  1. L’absence et l’absentéisme

Quelle distinction doit-on faire entre absence et absentéisme? L’absence se définit par le fait de ne pas être au travail alors que l’on devrait y être. Il s’agit d’un phénomène individuel.

 

Pour l’absentéisme, c’est moins clair. Certains l’identifient comme étant le comportement de la personne qui s’absente souvent; la récurrence a son importance. Plusieurs utilisent ce terme pour désigner le collectif, par exemple pour la gestion du taux d’absences d’un groupe d’employés. Et finalement, d’autres font allusion à l’absentéisme seulement dans les cas d’absences non justifiées.

 

Les types d’absences

Les absences sont-elles toutes problématiques? Clairement pas. Certaines absences sont justifiées, d’autres sont ponctuelles, alors que plusieurs sont prévisibles. Comment les classer? 

 

Classement par durée :

En général, on retrouve les absences de courte durée (de 1 à 3 jours), les absences de moyenne durée (de 3 à 15 jours environ) et les absences de longue durée (plus de 30 jours).

 

Classement selon la justification :

  • Parmi les absences justifiées, on retrouve les maladies ponctuelles, les congés de maternité/paternité, les vacances, les jours fériés, les congés spéciaux (mariage, mortalité, déménagement), et les absences maladie certifiées par un médecin.
  • Les absences injustifiées sont celles prises sans préavis et sans billet médical. Elles sont non autorisées.

 

Le coût des absences pour les entreprises

Selon Statistique Canada, l’absentéisme coûte plus de 16 milliards de dollars annuellement. Parallèlement, des études universitaires évaluent à 20 % de la masse salariale le coût des absences pour les entreprises situées au Québec.

 

Les coûts directs et indirects

Les coûts directs comprennent le salaire versé à l’employé absent, le salaire du personnel remplaçant, les primes d’assurances, ainsi que le coût de l’assurance invalidité le cas échéant.

 

Les coûts indirects font référence à la perte de productivité, la perte de connaissances, le roulement élevé de personnel dû aux surcharges de travail, sans oublier les difficultés inhérentes à la réintégration des employés suite à une absence prolongée.

 

Les effets négatifs sur les entreprises

  • L’image de l’entreprise peut être affectée.
  • Il devient plus difficile de recruter des talents.
  • L’effet d’entraînement des départs peut coûter cher en perte d’expertises.

 

  1. Le présentéisme

Le présentéisme est un phénomène relativement nouveau. Apparu dans les années 90, il se caractérise par la présence physique de l’employé au travail, malgré un état physique ou mental ne lui permettant pas d’être totalement productif.  

 

Les types de présentéisme

Les chercheuses Caroline Biron de l’Université Laval et Maria Karanika-Murray de l’Université Nottingham Trent au Royaume-Uni ont défini quatre types de présentéisme : excessif, dysfonctionnel, thérapeutique et fonctionnel. Qu’en est-il?

 

  • Le présentéisme excessif est souvent rencontré chez les employés qui présentent une dépendance au travail. Malgré la recommandation médicale de prendre du repos, ces employés persistent à vouloir performer, ce qui détériore davantage leur santé et prolonge le temps nécessaire à leur rétablissement.
  • Le présentéisme dysfonctionnel se présente chez les individus avec peu de ressources et peu de moyens pour apporter les changements requis dans leur environnement de travail. Leur santé se détériore autant que leur performance.
  • Le présentéisme thérapeutique est fréquemment utilisé dans le plan de retour au travail des employés, suite à une absence prolongée pour maladie. La réintégration par étapes vise d’abord un présentéisme fonctionnel, la productivité viendra en second lieu.
  • Le terme présentéisme fonctionnel est utilisé lorsqu’un employé malade continue de travailler en préservant ou en améliorant graduellement son état de santé. Cela est possible lorsque les conditions sont favorables.

 

Pistes de réflexion  

  • Dans le but de favoriser le présentéisme fonctionnel, il est souhaitable de réorganiser certaines tâches, d’offrir la possibilité de travailler à temps partiel ou d’envisager un horaire flexible. L’adoption du mode hybride fait partie de ces possibilités.
  • Le rôle du gestionnaire est primordial. Rencontrer l’employé, redéfinir ses priorités en fonction de ses capacités réelles et formuler des attentes claires avec des objectifs réalistes contribue à son rétablissement.
  • Promouvoir un milieu de travail positif où la santé psychologique sera préservée est un incontournable. Entouré de collègues qui le soutiennent, l’employé malade a plus de chances de se remettre entièrement.
  • Repenser les politiques de primes. Comme la plupart des absences maladie sont causées par le stress, l’anxiété, les troubles de l’adaptation et l’épuisement professionnel, il est recommandé de récompenser les bons comportements plutôt que la performance et l’assiduité, puisque ces derniers encouragent le présentéisme par stratégie.
  • Enfin, puisque le présentéisme est le précurseur de l’absentéisme – plus coûteux également – nous devons le gérer en priorité, même s’il s’agit d’un défi à relever!

 

Chez Bédard Ressources humaines, nous pouvons vous aider à gérer l’absentéisme et le présentéisme de vos équipes. Communiquez avec Stéphane Pépin pour obtenir davantage de renseignements sur nos services-conseils RH.

 

Partager l'article

Autres articles connexes

L’harmonie intergénérationnelle au travail, une utopie?

11 avril 2024
Actuellement, les milléniaux sont la génération comptant le plus grand nombre de personnes en âge de travailler. Comme chaque génération adopte des valeurs et visions différentes et que…
L’harmonie intergénérationnelle au travail, une utopie?

Les clés d’une gestion de changement réussie en entreprise

7 mars 2024
Il y a 20 ans, les entreprises effectuaient des changements organisationnels à intervalles de trois ou cinq ans. De nos jours, ces changements font partie intégrante de nos défis de…
Les clés d’une gestion de changement réussie en entreprise

Les 5 tendances RH en 2024

22 février 2024
En ce début d’année, on aime entrevoir ce que seront les tendances de l’automobile, de la mode ou du marché des affaires. Chez Bédard RH, nous nous sommes demandé quelles étaient les…
Les 5 tendances RH en 2024

Les cinq clés d’un travail en mode hybride satisfaisant

31 janvier 2024
L’équilibre travail-vie personnelle est recherché par l’ensemble des travailleurs, toutes générations confondues. Le contexte de la pénurie de main-d'œuvre oblige les employeurs à offrir…
Les cinq clés d’un travail en mode hybride satisfaisant