Découvrez toutes nos opportunités d'emploi!
Actuellement, les milléniaux sont la génération comptant le plus grand nombre de personnes en âge de travailler. Comme chaque génération adopte des valeurs et visions différentes et que cela se reflète sur le milieu de travail, nous nous sommes posé la question à savoir s’il était envisageable de souhaiter collaborer en harmonie dans des équipes intergénérationnelles.

Dans ce blogue, nous verrons quels sont les écarts de ces générations sur 4 niveaux : les valeurs professionnelles, la relation avec l’autorité, la communication et la technologie, puis l’équilibre travail – vie personnelle.

Avant de se lancer, il nous apparaît primordial de revoir à quelles périodes correspondent la naissance des gens de ces différentes générations.

 

  1. Rappel des différentes générations

Comme les démarcations ne sont pas claires et unanimes entre le début et la fin d’une génération et qu’une période transitoire de 5 à 10 ans est considérée entre chacune d’elles, nous allons nous référer ici à la classification adoptée par Statistiques Canada, à savoir :

  • Les Baby-boomers, nés entre 1946 et 1965, sont aujourd’hui âgés de plus de 59 ans. Ils quittent progressivement leurs emplois pour une retraite bien méritée.
  • La Génération X, nés entre 1966 et 1980, sont âgés entre 44 et 58 ans. Ils sont considérés comme étant marqués par les grands progrès technologiques, dont l’ordinateur.
  • La Génération Y ou millénaux, nés entre 1981 et 1996, aujourd’hui âgés entre 28 et 43 ans, devraient compter plus de personnes que la génération des baby-boomers d’ici 5 ans.
  • La Génération Z, nés entre 1997 et 2012, ne sont pas encore tous sur le marché du travail puisqu’ils sont âgés entre 12 à 27 ans.

 

  1. Les écarts observés sur 6 niveaux 

 

  1. Les valeurs professionnelles

Les Babyboomers et la Génération X sont les 2 groupes pour qui la stabilité d’emploi et le travail acharné sont des valeurs importantes. Ils ont en général une grande loyauté envers leur employeur et l’éthique professionnelle fait partie de leurs gènes.

De la même façon, on peut rassembler les millénaux et la Génération Z pour leurs valeurs semblables qui les distinguent du groupe précédent. En effet, ces deux générations accordent énormément de signification à la recherche de sens dans leur travail. Ils sont plus enclins à se retrousser les manches pour une entreprise qui promeut la diversité et l’inclusion, surtout si elle crée un impact positif niveau social ou environnemental. 

 

  1. La relation avec l’autorité

Alors que les Babyboomers respectent la structure hiérarchique et estiment l’autorité et l’ancienneté, la Génération X est la première à remettre en question l’autorité et les pratiques courantes. Cette génération, dont un fort pourcentage a la fibre entrepreneure, a besoin d’autonomie et recherche plutôt les opportunités d’avancement que de suivre aveuglément le chemin tracé.  

Les millénaux apprécient les entreprises avec une organisation aplatie où ils peuvent facilement communiquer leurs idées.  Cette génération apprécie les retours réguliers de leur supérieur avec qui ils se voient en collaboration.

À l’instar de l’époque qui la précède, la Génération Z fonctionne mieux en structure aplatie. Cette génération, habituée aux commentaires instantanés, s’attend par contre à des retours rapides et réguliers de la part de ses supérieurs.

 

  1. La communication et la technologie

Les natifs des 4 générations apprécient collaborer en équipe.

Les Baby-boomers et les X ont développé leurs compétences relationnelles, tandis que les Y et les Z ont une capacité incroyable à jongler avec les différentes technologies. Cela se répercute dans les façons de communiquer et de travailler en équipe.  

La plupart des Baby-boomers préfèrent les rencontres en présentiels alors que les Y et les Z apprécient les visioconférences et que les X s’adaptent.

Les plus âgés utilisent souvent le téléphone tandis que les plus jeunes optent pour la messagerie instantanée. Comme les X sont à l’aise avec la technologie, ils ont apprivoisé, pour la plupart, tous les modes de communication numériques.

Les Babyboomers étant nés avant l’ère numérique, ils ont souvent été critiqués pour leur résistance au changement, surtout lorsqu’il était question de modifier leurs méthodes de travail avec l’implantation de nouvelles technologies. Ceux qui sont restés sur le marché du travail ont pris soin de se former afin de demeurer productifs.

 

  1. L’équilibre travail – vie personnelle

Ayant été élevés dans une culture valorisant le travail acharné et les responsabilités professionnelles, les Babyboomers ont souvent sacrifié de leur temps personnel ou familial pour réaliser leurs ambitions. 

La Génération X a suivi de près à ce chapitre, mais elle a fait des efforts pour remettre de l’équilibre dans sa vie professionnelle versus sa vie personnelle. C’est la Génération Y et Z qui ont réussi à établir une limite aux nombreuses heures de travail. Les natifs de ces deux générations sont ceux pour qui la famille passe avant la profession. Ils recherchent des emplois avec des politiques de travail flexible leur permettant de concilier travail et vie personnelle. 

 

 

  1. Des pistes de solution

 

  • Nées à des époques différentes, l’une avant l’ère technologique et l’autre immergée dès la naissance, les divergences de valeurs et de visions entre les Baby-boomers et la Génération Z sont compréhensibles. En favorisant un climat d’inclusion et une communication ouverte, on met la table pour des solutions émergentes riches de diversité et innovantes.

 

  • Également en lien avec la technologie, il est bon de se rappeler que la rapidité des jeunes à comprendre et à intégrer les différents outils numériques peut contribuer à l’efficacité de l’équipe. Une sensibilisation aux réalités de chacun et l’instauration d’un mentorat intergénérationnel est une option intéressante pour diminuer les tensions.

 

  • Le style de travail pourrait demeurer un sujet de conflit : les uns préférant fonctionner à distance alors que les autres aiment mieux la présence humaine. Encore une fois, la flexibilité et l’adaptabilité sont de bon augure. En offrant des options et en variant les types de rencontres avec des outils performants, la collaboration demeure simple et efficace dans l’intérêt de tous.

 

Chez Bédard Ressources humaines, nous pouvons vous aider à mettre en place les politiques internes favorisant la gestion harmonieuse de vos équipes de travail intergénérationnelles. Contactez Stéphane Pépin pour obtenir davantage de renseignements sur nos services-conseils RH.

Partager l'article

Autres articles connexes

L’Équité salariale. Faites-vous partie des statistiques ?

22 mai 2024
La Loi sur l’équité salariale a été instaurée en 1996 et s’adresse à l’ensemble des entreprises québécoises comptant 10 employés.es ou plus. Son objectif vise essentiellement à corriger…
L’Équité salariale. Faites-vous partie des statistiques ?

La formation continue, un investissement payant pour les entreprises

16 mai 2024
En raison de l’évolution constante du marché du travail ces dernières années, les employeurs et les employés doivent s’intéresser à la formation continue. En effet, face à des changements…
La formation continue,  un investissement payant pour les entreprises

La marque employeur du point de vue RH

2 mai 2024
La marque employeur est un sujet dont on parle peu. Pourtant, on la vit tous les jours à notre lieu de travail. Pourquoi travaille-t-on pour cet employeur plutôt qu’un autre? En général,…
La marque employeur du point de vue RH

Les clés d’une gestion de changement réussie en entreprise

7 mars 2024
Il y a 20 ans, les entreprises effectuaient des changements organisationnels à intervalles de trois ou cinq ans. De nos jours, ces changements font partie intégrante de nos défis de…
Les clés d’une gestion de changement réussie en entreprise